Centre Historique de la Résistance en Drôme et de la Déportation (Vercors)
Le centre de documentation
centre de documentation | bibliothèque | chronologie | atlas | Dvd-Rom

Retour au sommaire Dvd-Rom

Les différents réseaux agissant dans la Drôme

Quatre réseaux ont organisé des parachutages dans la Drôme :

Le SOE Buckmaster-Jockey dont le responsable est Francis Cammaerts. L'officier d'opérations est "Alain" (Pierre Raynaud) pour le Sud-Drôme, le Crestois et le Diois, et Georges Berruyer pour le terrain de Beaurepaire (Drôme-Nord-Isère). Il reçoit ses avions depuis Londres;
L'OSS est arrivé avec "Fred" (Brown) dans la Drôme, après son départ, son adjoint "Azur" (Gaston Vincent) réalisera quelques réceptions en Nord-Drôme.
La SAP dont l'officier d'opération est Henri Faure, responsable Ardèche, Drôme, et Vercors, reçoit ses avions depuis Londres. La réception se fait sur le terrain "Agonie" à Eymeux.
Le SARF, réseau d'Alger, dont l'officier d'opération Émile Pougnon couvre, avec Dieulefit et Nyons, une région Sud-Drôme qui se superpose avec celle "d'Alain". Après son arrestation le 3 mai 1944 à Valence, son adjoint "Richard" (Roger Labbry) prend la direction des opérations. Il reçoit ses avions d'Alger.

Courant juin 1944, sur les instructions de Koenig qui veut unifier les FFI, les comités de réception et de parachutages sont placés sous l'autorité de Henri Faure qui laisse l'Ardèche à son adjoint Firmin Faure et le Vercors-Drôme-Isère à Bob-Robert Bennes. Le Nord-Drôme est confié à "Constant" (Léon Faille), et le Sud-Drôme à "Alain" et à "Richard", mais c'est la SAP qui contrôle l'ensemble.

S'ajouteront, après le 6 juin 1944, les parachutages organisés par les équipes Jedburgh, par exemple celle de "Noir" (Vuchot) pour le Nord-Drôme. Comme pour les autres organisations de Résistance, les réseaux s'appuient sur des réseaux d'amitiés préexistants dans les communes, et assurent un quadrillage du département. Ces réseaux organisent la réception des parachutages qui permettent d'armer la Résistance, d'abord les groupes-francs, quelques maquis, puis les compagnies FFI après le 6 juin 1944.

D'autres réseaux ont existé dans la Drôme. Il s'agit essentiellement de réseaux de renseignements dont l'implantation et l'activité sont plus ou moins importantes. La plupart sont dépendants du BCRA. Les mieux connus de ces réseaux sont Nestlé-Androméde, Gallia, le NAP. Les autres réseaux, ou sous-réseaux sont : Agir, Coty, Reims, Sabot, Andalousie, Corvette et Goélette, Phalanx, Ritz-Crocus, MI6 (?), Résistance-Fer.

Si ces réseaux s'organisent indépendamment les uns des autres, ils s'appuient sur des Drômois prêts à servir toute structure qui permet de résister. Cela a une conséquence : plusieurs réseaux semblent interconnectés de par les personnes qui les constituent ou celles qui constituent leur état-major supérieur ; ils semblent être des sous-réseaux d'un même réseau. Les mêmes personnes travaillent souvent pour plusieurs réseaux, qui ne sont donc pas étanches. Pons travaille pour l'OSS, puis pour le SOE. Chancel, le pharmacien de Saint-Donat, travaille avec l'OSS, avec Vincent-Beaume, avec Henri Faure. Fernand Lévy, par exemple, est identifié pour trois réseaux : Sabot, Coty, Gallia.

Quatre réseaux ont organisé des parachutages dans la Drôme :

On peut mentionner Bruno Larat, qui rejoint dès juin 1940 la France libre et sera arrêté à Caluire, avec Jean Moulin.

Le docteur Tibor Revesz-Long noue des contacts avec le général de Gaulle. Installé à Crest en 1941, il quitte la ville pour la clandestinité en 1943. Il dirige l'ensemble des radiotélécommunications en tant qu'inspecteur national des transmissions du réseau Action. Il crée l'unique école de radios clandestins en France. Il prend comme adjoint André Gustave, instituteur à Chabrillan. Il devient responsable, en août 1943, de l'ensemble des opérateurs radios des deux zones pour la Résistance intérieure.

Dans les fiches associées, nous présenterons quelques-uns de ces réseaux parmi les plus importants.

Patrick Martin, Jean Sauvageon


ZOOM - Francis Cammaerts, dit « Grands Pieds » ou « Roger » en 1945





Francis Cammaerts


Haut de page
Retour au sommaire Dvd-Rom


réalisation kyxar