Centre Historique de la Résistance en Drôme et de la Déportation (Vercors)
Le musée, visite guidée

Les thèmes du musée

  • La montée du nazisme
  • La drôle de guerre
  • Armistice et Appel du 18 juin
  • Occupation et Collaboration
  • La Résistance s'organise
  • La Résistance se developpe
  • La Résistance armée
  • La répression
  • La Déportation
  • La Libération en Drôme
  • L'audiovisuel

  • La Résistance armée

    Les Alliés, alors, acceptent d'aider ce mouvement de résistance désormais organisé et lancent des opérations de parachutages, entre autres, dans les régions montagneuses et boisées où se trouve la plus grande partie des dissidents.


    La Résistance armée Ainsi, près de 300 tonnes d'armes et de munitions, seront parachutées sur la Drôme, dont la moitié sur le Vercors.

    Dès lors, des opérations peuvent être montées : sabotages et attaques de convois sur route et sur rail. Ce fut en 1944, après le débarquement de Normandie puis le débarquement en Provence, que la Drôme fut sollicitée totalement.

    Déraillement de Vercheny De violents combats auront lieu dans notre région, tels ceux d'Hauterives, de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Vercors), Vassieux-en-Vercors, Nyons et tout le long de la route Nationale 7.

    En savoir plus : Au musée une carte de la Drôme animée et sonore...

    Destruction du pont de Livron, dans la nuit du 16 au 17 août 1944 De nombreux sabotages et coups de main auront lieu, dont les plus importants à la centrale électrique de Beaumont-Monteux, au dépôt de locomotives de Portes-lès-Valence, et au pont de Livron.

    Regroupée en une entité : les FFI, la Résistance harcela partout l'ennemi en retraite, toujours puissant, conjointement avec les unités américaines.



    Thème suivant : La répression



    réalisation kyxar